Retour aux points d'intérêt
Picto de Chapelle St Golgon

Chapelle St Golgon

Trégastel

à propos

Au XVIe siècle, les seigneurs de Lannion ordonnent l’édification de la chapelle à proximité d’une fontaine sacrée. Le bâtiment est agrandi au début du XVIIIe siècle par la famille de Launay-Nevet. Le sanctuaire est dédié à la fois à Saint-Gorgon (transformé peu à peu en Golgon) et Saint-Dorothée : ces deux martyrs romains ont été assassinés sous l’empereur Dioclétien, en 303.

En savoir +
Extraits du livre d’Emmanuel Mazé « Le passé retrouvé » (épuisé)

Malgré sa modestie, il s’agit d’un ensemble architectural digne d’attention. L’édifice de dresse dans un enclos en surplomb du chemin dont il est séparé d’un haut mur. On pénètre dans cet espace, qui fut jadis un cimetière, soit, à l’ouest par une large ouverture limitée par deux piliers de granite, soit au nord, par un escalier monumental formé de longues marches barrées en haut par deux échaliers de pierre encadrant une haute croix de granite portant sur son socle la date de 1780.
La chapelle offre deux parties d’époque différente : la plus ancienne en petit appareil est de plan rectangulaire. Il s’agit probablement de la chapelle primitive édifiée au 16ème siècle par un seigneur de la famille de Lannion alors dominante à Trégastel. L’autre partie, bâtie en équerre sur le côté nord, date du tout début du 18ème siècle. Elle est due à un seigneur de Launay-Nevet dont le fief comprenait alors, entre autres terres, la moitié de la paroisse de Trégastel, essentiellement dans la frairie de Golgon.
Outre les processions de la Saint Marc et des Rogations, les fidèles venaient demander à Saint Gorgon de prendre sous sa protection leurs chevaux. L’autel était jadis garni de crins tressés prélevés sur ces animaux.

QUI ETAIT SAINT GOLGON ?
La chapelle est sous le double vocable de Saint Golgon et Saint Dorothée. Il est préférable de dire Gorgon qui est le vrai nom du saint. Il s’est produit, à l’usage, une mutation de « r » vers le « l », phénomène logique en breton.
Gorgon était cubiculaire de l’empereur romain Dioclétien. Il fut une des nombreuses victimes de la dixième persécution des chrétiens de 303 et périt en même temps que son collègue officier Dorothée, à Nicodémie. Les deux amis avaient déjà opéré de nombreuses conversions lorsqu’un jour ils furent témoins de la mort d’un martyr. Alors, ne pouvant plus garder le silence, ils s’adressèrent à l’empereur : « Prince, que faites-vous ? Si cet homme est digne de mort parce qu’il est chrétien nous méritons le même supplice ; car nous méprisons les idoles et nous n’adorons que Jésus-Christ ». L’empereur, surpris et irrité de ce discours, fit saisir Gorgon et Dorothée, les fit fouetter cruellement, puis il ordonna de jeter sur leurs plaies du vinaigre et du sel, et d’étendre sur le gril les deux courageux martyrs. Comme ils ne cédaient pas, l’empereur ordonna enfin qu’ils soient étranglés ».

Localiser

Infos pratiques

  • En partie accessible
  • Parking autobus
  • Parking

Partager ce point d'intérêt

Fermer

Connexion

Utiliser vos comptes Facebook ou Twitter pour vous connecter

Se connecter avec Facebook Se connecter avec Twitter
Fermer
Fermer

Créer un compte

Utiliser vos comptes Facebook ou Twitter pour vous connecter

Se connecter avec Facebook Se connecter avec Twitter